Hongrie : Airbus produira dès 2022 des hélicoptères à Guyla.

La commune de Gyula située à 200 km au sud-est de Budapest vient de recevoir 3,3 millions d’euros de financement de l’Union Européenne pour renforcer ses infrastructures autour de la future implantation d’Airbus helicopters. Le groupe a, en effet, investi près de 25 milliards de Florints (75 millions d’euros) pour y construire une unité de production d’hélicoptères de 13 000 m² opérationnelle au printemps 2022. Cet investissement s’accompagnera du recrutement de 200 personnes très qualifiées.

Allemagne : Croissance de 46% des achats de surfaces industrielles et logistiques dans les métropoles

1,84 millions de mètres carrés de surface ont été mis en location ou acquis au sein des huit plus grandes métropoles allemandes lors de ce premier semestre 2021. Cela représente une croissance de 46 % par rapport à l’année précédente et de 26 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Si la première place est réservée à la ville Hambourg notamment du fait des avantages que lui apporte ses activités portuaires, une bonne partie des investissements se localisent toutefois dans le bassin rhénan. Sur les trois plus gros des investissements réalisés 13 sont à visée commerciale pour répondre à la croissance du commerce électronique et 12 pour le renforcement des autres activités logistiques.

Pologne : Les entreprises polonaises investissent de plus en plus dans l’hydrogène

Troisième plus grand producteur d’hydrogène en Europe en 2018 après l’Allemagne et les Pays-Bas avec 1,3 million de tonnes produites (chiffre d’Hydrogen Europe), la Pologne développe également dans le cadre de son plan « Nouvelles Énergies » sa stratégie nationale de production d’hydrogène vert. C’est dans cette optique qu’il met à la disposition d’acteurs nationaux en recherche de financements, 300 millions de Zlotys de prêts, au travers  du fond national pour la protection de l’environnement et la gestion de l’eau.

Parmi les 8 candidats ayant répondu à l’appel, 6 ont ainsi été présélectionnés :  

Un projet en Poméranie de l’entreprise Marine-Service optimisant la production d’hydrogène à partir d’énergie éolienne tout en valorisant la chaleur produite lors de l’électrolyse.

Un projet d’Hydropolis United visant à produire de l’hydrogène à partir de déchets plastiques.

Un projet de PAK-PCE Polski Bus Wodorowy pour la construction près de Lublin à l’Est du pays d’une usine de production de bus à hydrogène avec une capacité de production annuelle de 500 véhicules. Cette candidature est organisée de manière conjointe avec la société ZE-PAK. Celle-ci vient d’investir dans la production d’une centrale solaire de 70 MW pour fournir la ville de Lublin en hydrogène. La municipalité projette de convertir à l’hydrogène plusieurs de ses lignes de bus.

Un projet d’ Utralight Green Cylinders pour la production de réservoirs innovants pour le stockage de l’hydrogène.

Un projet de l’entreprise cotée la bourse de Varsovie Sescom pour la construction de stations de ravitaillement utilisant le brevet de l’entreprise. Le groupe Lotos vient ainsi de lui remettre une lettre d’intention de commande d’un électrolyseur d’une capacité de 100MW.

Le gouvernement polonais souhaite accorder ainsi la possibilité de couvrir à hauteur de 85% les coûts éligibles.

Espagne : Le gouvernement soutient 79 projets industriels énergétiques innovants

Dans le cadre de son objectif de consommation de 42 % d’énergie renouvelable en 2030, le gouvernement espagnol va financer à hauteur de 76 millions d’euros 79 projets industriels innovants répartis dans 6 de ses 17 communautés autonomes. Le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique (MITECO) vient de présenter ses lauréats. Une fois concrétisés, ces projets ajouteront une puissance de 418 MW d’énergie décarbonée au mix énergétique national.

En plus d’être innovants, le gouvernement dans ses critères d’évaluation exigeait d’autres externalités positives en lien avec la cohésion sociale et économique du territoire. Celles-ci impliquaient tant la création d’emplois, que le développement rural et la lutte contre le dépeuplement.

Seront ainsi financés entre autres des projets relatifs à la production d’hydrogène vert, l’utilisation de la biomasse et de la géothermie dans les réseaux de chaleur, la valorisation des déchets ou encore la diminution de la pollution liées à l’élevage.

Italie : 2 milliards d’euros alloués au programme d’avion de combat britannique Tempest

Le gouvernement italien vient de consentir un investissement de 2 milliards d’euros étalés sur 15 ans pour l’élaboration du futur avion de combat de 6e génération britannique et suédois dont il est, en parallèle au programme SCAF, partenaire au travers de Leonardo.

Cette participation financière lui permettra d’avoir un accès exclusif à ce programme avec des retombées technologiques et économiques importantes pour son armée et son industrie de défense. Ce projet l’aidera notamment à approfondir par la suite la transition numérique de son secteur aérospatial et de renforcer ses centres de recherches dans les domaines de l’intelligence artificielle et de la propulsion.

Si ce programme britannique est concurrent au programme SCAF, la participation conjointe de l’Italie à ces deux programmes sera toutefois de nature à favoriser des passerelles entre eux pour une meilleure intégration des industries de défense au niveau européen.

Autriche : 20 nouveaux trains de nuits commandés à Siemens Mobility pour ÖBB

ÖBB (Österreichische Bundesbahnen) la compagnie nationale autrichienne des chemins de fer vient de confirmer sa commande de vingt nouvelles rames Nightjets, amenant à 33 le nombre de trains de nuit qui lui seront livrés d’ici à 2025.

L’Autriche souhaite profiter de sa situation géographique centrale en Europe pour renforcer sa position de leader européen dans le transport ferroviaire passager nocturne. Les enjeux climatiques et les engagements pris par l’ensemble des pays européens dans le réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre promettent un bel avenir à cette branche du secteur ferroviaire.

C’est pour cette raison qu’elle investit dans le renouvellement de sa flotte, consciente des impératifs d’amélioration de l’expérience passager pour convaincre ces derniers à privilégier le train à l’avion. Les nouvelles liaisons seront principalement destinées au trafic transalpin entre l’Allemagne et l’Italie.  

Pologne : Décathlon compte produire 1 million de vélos par an dans le pays

Implanté depuis 2001 en Pologne, Décathlon qui y produit près de cent produits pour 30 marques différentes et en a fait son cinquième marché européen, va lancer début 2022 dans sa future usine de Brześć Kujawski en Couïavie la fabrication d’un million de vélo par an.

En partenariat avec le portugais RTE qui produit exclusivement pour Décathlon, ce sont 21 millions d’euros qui ont été investis sur ce site. Il alimentera ainsi les marchés européens baltiques et orientaux. Cet investissement devra mener à terme au recrutement de 600 personnes

Cet investissement s’accompagne également d’un renforcement de la chaîne d’approvisionnement locale du groupe. Le secteur du cyclisme étant largement tributaire des exportations chinoises, Décathlon souhaite rapprocher la production de ses pièces détachées, en particulier les batteries, de son unité d’assemblage finale.

Royaume-Uni : 260 millions de livres sterling investis pour l’industrie éolienne

Le Royaume Uni dans le cadre de son plan de décarbonation de son économie exposé en Novembre 2020, vient de convaincre les espagnols Siemens Gimesa et GRI Renewable Industries d’investir 260 millions de livres dans l’extension des capacités de production de leurs sites dans le nord de l’Angleterre.

Déjà bien présent dans l’estuaire du Humber où Siemens Gimesa emploie 1000 personnes, le groupe, un des principaux acteurs du secteur éolien dans le monde va procéder au recrutement de 200 personnes supplémentaires. Il sera accompagné de son partenaire, spécialiste de la production de turbines, dont les effectifs seront également en hausse 260 collaborateurs.

Bénéficiant de gisements éoliens énormes, le Royaume-Uni a mis la production d’électricité à partir d’énergie marine au coeur de sa politique énergétique pour les décennies à venir. Le gouvernement envisage ainsi une production de 40 GW d’énergie éolienne d’ici à 2030 ainsi que la création au niveau national de 250 000 emplois associés aux énergies renouvelables.  

Hongrie : Wizz Air envisage le recrutement de 4 600 nouveaux pilotes d’ici à 2030

Wizz Air, la compagnie hongroise low cost, détenue par l’américain Indigo Partners, vient d’annoncer ses ambitions pour cette prochaine décennie. Desservant 191 destinations dans 49 pays différents, elle envisage le triplement de sa flotte aérienne pour atteindre 500 appareils d’ici la fin de la décennie et le recrutement de 4 600 nouveaux pilotes.

Dans l’un secteur les plus touchés par la crise sanitaire, les transformations nécessaires à la consolidation des activités de chacun des acteurs traditionnels et le gel de nombre d’investissements – conséquence des trous dans les trésoreries – augurent pour les compagnies low-cost de belles perspectives.

Mieux adaptées au marché et plus réactives que les grandes compagnies, elles seront très certainement les grandes gagnantes de la reprise post-covid du traffic aérien.  C’est ce qui justifie les investissements du groupe hongrois pour intensifier sa présence sur les routes déjà existantes et accroître le nombre de ses destinations.

Pologne : 250 millions de Zlotys d’argent public pour la future marque automobile polonaise Izera

Le gouvernement polonais dans le cadre de son soutien au développement de constructeurs automobiles nationaux consent à s’impliquer à hauteur de 250 millions de Zlotys (55 millions d’euros) dans les activités du groupe Electromobility Poland. Propriétaire d’une marque récemment crée, Izera, ce groupe envisage le lancement à partir de 2024 de la production de ses propres véhicules sur le marché européen.

Dans le contexte de conversion à marche forcée du parc automobile européen vers la motorisation électrique, la baisse des investissements nécessaires à la conception de nouvelles chaînes de production présente une opportunité extrêmement favorable à de nouveaux entrants sur le marché. La diminution de moitié du nombre de composants utilisés par rapport à une motorisation thermique, couplée à la technicité réduite des pièces assemblées permet effectivement à de nouveaux acteurs d’entrer sur ce marché jusqu’alors intégralement détenu par les acteurs traditionnels de l’automobile.   

Les investissements restent toutefois très conséquents, si les 250 millions de Zlotys consentis par le gouvernement polonais assureront la phase préparatoire du projet, l’investissement total nécessaire au lancement de la production dans sa future usine près de Katowice en 2024 est estimé à 5 milliards de zlotys (soit 1,1 milliard d’euros). En outre, des efforts majeurs doivent également être réalisés dans la réduction des coûts de production. Electromobility Poland ne bénéficie pas des économies d’échelles et de l’expérience de ses grands concurrents européens.